Les familles des militaires et des membres de la GRC

Les familles des militaires et des membres de la GRC sont la force derrière les hommes et femmes qui servent et font face à des situations uniques. Le soutien aux familles est donc crucial, et permet à ceux et celles qui servent de pouvoir se déployer en opérations en toute sécurité, sachant que leur conjoint et leurs enfants, au besoin, pourront recevoir l'aide requise. Les familles jouent également un rôle important dans la réinsertion du militaire après un déploiement. Lorsqu’un problème survient, c’est habituellement un membre de la famille qui d'abord le détecte et demande de l'aide. À cet égard, les familles méritent toute notre attention, car elles sont partie intégrante de l'ensemble de la famille militaire. La Légion royale canadienne appuie les familles de tous ceux et celles qui servent, et milite ardemment pour les soins et avantages sociaux que nous préconisons en leur nom.

Principale(s) revendication(s) sur cet enjeu :

  • Rétablir l’Allocation pour aidant familial pour un vétéran invalide.
  • Assurer de meilleurs services en éducation, en counselling et en formation pour les familles qui fournissent des soins et un soutien à un vétéran vivant avec des problèmes de santé physique et/ou mentale lié à son service.
  • Élargir la portée du projet pilote du Programme pour les familles des militaires et vétérans à tous les Centres de ressources pour les familles de militaires (CRFM), et sa mise à la disposition de tous les vétérans et de leur famille.
  • Suite à une demande de prestation d’un conjoint survivant, en lien avec un avantage lié au Programme pour l’autonomie des anciens combattants (PAAC), lequel programme n’était pas encore en vigueur au moment du décès du vétéran, ACC devrait dûment considérer ladite demande et y appliquer une approche de « bénéfice du doute » pour aider le conjoint survivant à vivre à la maison et dans sa communauté.
  • Si un conjoint survivant refuse de continuer à recevoir les avantages offerts en vertu du PAAC avant le décès du vétéran, ces mêmes avantages devraient être suspendus jusqu’à ce que la veuve ou le veuf en demande la remise en place pour lui venir en aide à demeurer à la maison et dans sa communauté.