Sécurité financière à vie pour les vétérans blessés et malades

Pour les vétérans les plus gravement malades et blessés, soit ceux qui ne peuvent plus travailler et dont la qualité de vie est gravement affectée, la capacité à vivre en toute sécurité financière et à réintégrer la vie civile se voit considérablement mise à l’épreuve. Or, La Légion royale canadienne revendique depuis longtemps à ce qu’ils aient accès à une sécurité financière permanente.

Principale(s) revendication(s) sur cet enjeu :

  • Augmentation de l’Allocation pour perte de revenus (APR) à hauteur de 100 % du revenu avant libération, et ce toute la vie durant (et non pas terminé à 65 ans, comme c'est actuellement le cas). Les gains prévus de toute la carrière d'un membre des FAC devraient déterminer le montant minimal d'APR.
  • Provision de compensation financière, de soutien, d’éducation et de formation pour permettre à un membre de la famille à devenir le principal dispensateur de soins (‘aidant naturel’).
  • Augmentation de la prestation de survivant de la LPRFC de 50 % à 70 %.
  • Éliminer la clause de récupération liée au « mariage après 60 ans » afin que les conjoints survivants de vétérans, mariés après l’âge de 60 ans, reçoivent les prestations de retraite et avantages médicaux qu’ils méritent.
  • Simplification du processus d'accès aux programmes d'invalidité à long terme et de réadaptation professionnelle visant à voir que tous les vétérans aient accès à la réadaptation et à un maintien du revenu.